L’occupation illégale des voies publiques à N’djamena: le phénomène perdure

Cela fait plus d’un mois que les commerçants ont été déguerpis du site de marché dembé. Ne sachant où aller, ces derniers occupent anarchiquement la voie publique. Aucune solution n’est prise jusqu’à nos jours pour soulager ces commerçants.

Difficile pour les usagers  de circuler librement à travers les artères des routes situées aux alentours du marché dembé, les trottoirs et les chaussés sont pris d’assaut par les commerçants avec des marchandises sur la tête, en mains et ou étalés à même le sol.  Quant aux passants à eux de slamomer entre les obstacles pour se frayer un chemin ou de patienter le temps qu’il faut pour que la voie soit dégagée.  Il faut dire que cette situation perdure depuis deux mois sans que des solutions pérennes et durables ne soient prises pour y remédier. Ces occupations anarchiques sont souvent la cause de plusieurs catastrophes routières. Ne sachant plus à quel saint se vouer. “depuis que nous sommes ici, on souffre beaucoup, les agents de la mairie ne nous laissent pas tranquille. Il y a des engins qui roulent parfois à vite allure; on risque de perdre nos vies” se lamente-une vendeuse à la sauve. Interrogé, Abakar moussa, vendeur à la sauvette, reconnait qu’il encourt des risques. “en vérité nous qui vendons aux abords des voies publiques ous sommes exposés aux risques des accidents de la route. Il n’y a pas une semaine encore, des vendeuses ambulantes étaient renversées par un clandoman. Ce n’est pas pour que nous restions ici mais il n’ y a pas d’autre endroit pour nous“, dit-il. Le comble est que les occupants de ces lieux, sont disent ils assujettis au même régime fiscal que ceux qui disposent de titre régulier d’occupation d’espace commercial, comme en témoigne cette vendeuse des légumes: “nous sommes obligés de payer 300f voire 500f pour qu’on nous laisse tranquille vendre nos marchandises” nous confie-t-elle.

Bientot un nouveau site

Selon de nombreuses sources, l’ancien site est entrain d’etre amenager. Mais personne pour l’instant ne sait s’il sera restitué aux commerçant. Pourtant, dans un entretien accordé à notre rédaction en Avril dernier, le Maire de la commune, Abbas Mahamat Atteib  a déclaré que son équipe est entrain de méner des démarches afin que les commerçants aient un nouveau site dit-il.

L’occupation anarchique des trottoirs et autres espaces libres de la ville de n’djamena révèle les problèmes de gestion de l’espace urbain. Les voies de circulation sont gorgées de monde, occasionnant une grande insécurité pour les usagers des voies publiques. Les stratégies développées jusqu’ici pour les autorités communales se sont avérées insuffisantes voire inappropriées.Le phénomène tend d’ailleurs à se complexifier davantage avec l’arrivée en ces lieux des mendiants, nettoyeurs de vitres des voitures, et autres vendeurs de divers gadgets qui agressent littéralement les passants à tous les grands carrefours de la ville.La situation n’appelle telle pas à une concertation élargie entre tous les acteurs concernés pour dégager ensemble les voies et moyens de remédier au problème .

                                                                                           Bedoum Lionel Jospin

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.