Le Collectif des jeunes du Chari-Baguirmi rejette la réconciliation organisée par le sultan de la province

Le coordonnateur du collectif, Abdelkader Djibia, a déclaré que la réconciliation était un « simulacre » et qu’elle n’était pas représentative de la volonté de la population. Il a également dénoncé le gaspillage d’argent public pour organiser la cérémonie.

Le collectif a appelé tous les cadres du Chari-Baguirmi à prendre conscience de la situation et à exiger le départ du comité de gestion des 5%. Il a également exhorté le gouvernement de transition à intervenir pour mettre fin à « cette injustice financière ».

Les raisons du rejet

Le collectif des jeunes du Chari-Baguirmi a rejeté la réconciliation pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il estime que la cérémonie n’a pas été inclusive et qu’elle n’a pas impliqué toutes les parties prenantes. Ensuite, il dénonce le fait que le comité de gestion des 5% a utilisé l’argent public pour organiser la cérémonie, alors que cet argent devrait être utilisé pour le développement de la province. Enfin, le collectif estime que la réconciliation n’est pas sincère et qu’elle n’est qu’un moyen pour le sultan de la province et son comité de se maintenir au pouvoir.

Les implications

Le rejet de la réconciliation par le collectif des jeunes du Chari-Baguirmi est un coup dur pour le sultan de la province et son comité de gestion des 5%. Il montre que la population n’est pas satisfaite de la situation actuelle et qu’elle exige des changements. Le rejet de la réconciliation pourrait également avoir des implications politiques.

Related articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 7 = 1

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.