Tchad : un hommage à Ibni Oumar Mht Saleh à l’occasion de la Journée des martyrs de la démocratie

N’Djamena – Le Parti pour les libertés et le développement (PLD) a commémoré mercredi 3 février 2021 la Journée des martyrs de la démocratie, rendant hommage au Pr. Ibni Oumar Mahamat Saleh, disparu depuis février 2008.

En février 2008, des rebelles ont quitté le Darfour et ont pénétré à N’Djamena. Mahamat Ahmad Alhabo a retracé les dernières moments jusqu’à la disparition d’Ibni Oumar le 3 février à N’Djamena. Il a évoqué pour la première fois des témoignages directs de l’ancien président Lol Mahamat Choua qui a affirmé avoir vu des militaires frapper Ibni Oumar peu après son arrestation.

De l’avis de Mahamat Ahmat Alhabo, la chaine de commandement militaire n’a pas été rompue lors des évènements de février 2008. « Il y a des preuves formelles que les gens qui sont venus arrêter Ibni sont formellement identifiés comme des gens de la garde présidentielle (…) Les responsabilités ont été clairement établies mais la justice a rendu un non-lieu », relève le secrétaire général du PLD.

La dimension d’Ibni Oumar a été mesurée par différents acteurs, notamment à travers son implication dans des négociations politiques. Ce qui a fait de lui l’homme à abattre, estime Mahamat Ahmad Alhabo, secrétaire général du PLD. Selon lui, Idriss Deby a profité des évènements malheureux du 2 et 3 février pour en finir avec certains opposants.

Ex-secrétaire général du parti PLD, Ibni Oumar a été le premier jeune mathématicien et premier jeune tchadien à soutenir une thèse de doctorat en mathématiques en 1983 en France. Il a servi dans l’administration tchadienne à différents postes (doyen de faculté, CNAR, ministre de l’Élevage, ministre de l’Enseignement supérieur, ministre du Plan, sous les régimes de Hissein Habré et Idriss Deby).

Mahamat Ahmat Alhabo assure que le crime est imprescriptible, et que les responsables seront jugés et condamnés, même par contumace. 240 télégrammes diplomatiques ont été déclassifiés suite au plaidoyer de sénateurs et députés français, informe-t-il. D’après Alhabo, il en ressort des mensonges sur l’affaire Ibni.

Pour sa part, Hicham Ibni Oumar, fils de l’opposant disparu, réitère son attachement à la recherche de la vérité et à la justice.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.