Tchad: Les consultations entre le CODNI et les forces vives de la Nation se poursuivent

La séance de concertations avec les forces vives de la nation se poursuit. Le  comité technique du dialogue national inclusif présente les synthèses des travaux en sous-comité aux organisations de la société  civile dans leur ensemble. Les présentations se déroulées à l’hôtel Radisson Blu en présence du Ministre d’Etat chargé de la réconciliation national et du dialogue CHEIKH IBNI OUMAR

Après les leaders des différentes confessions religieuses, c’est le tour des organisations de la société civiles dans leur ensemble d’être mises dans le bain du processus d’organisation du dialogue national inclusif en cours. Tour a tour les rapporteurs de chaque sous-comité  se sont relayés pour présenter ce qui a été adopté. Pour Dr Rémadji Alfred du sous-comité portant sur la question de la constitution, de la forme de l’Etat, de l’administration du territoire et la gouvernance, la question de l’âge à la présidentielle doit être revue pour permettre à tout tchadien ayant l’âge de voter y prenne part, car rien ne peut se faire sans le peuple et contre le peuple. C’est pourquoi ces consultations ont été ouvertes aux forces vives de la nation afin qu’elles soient informés du déroulement des activités du Codni. Dobian Assingar du sous-comité droits et libertés fondamentales quant à lui, 9 axes principaux ont été proposés afin de ramené la quiétude entre les tchadiens. Il s’agit entre autre de la liberté syndicale et d’association, de la démocratie et la citoyenneté, de la lutte contre le traitement inhumain, de la sécurité sociale.

La prise en compte de ces principes serait un atout pour la démocratie tchadienne balbutiante. Le rapporteur du sous-comité politique publique Dr Ali Zakaria Moussa souligne que le Tchad le travail abattu a tenu compte des contextes de chaque sujet. Ce qui a permis de dégager quatre grand point à savoir la question de l’économie-finance et le climat des affaires, la question de l’éducation, le développement rural et de la sécurité alimentaire, et enfin la politique extérieure basée sur une diplomatie agissante. Baniara Yoyana du sous-comité questions sociales a fait un état de lieux sur les questions sociétales. 10 points fondamentaux ont été retenus parmi lesquels la dépolitisation des découpages administratifs et des organes religieux, l’amélioration de la gouvernance publique, la question de la dia et du bilinguisme.

Les représentants des organisations de la société civile ont révélé que la présentation des conclusions n’est pas mauvaise en soi sauf que bon nombre de point ont été occulté notamment la forme de l’Etat qui défraie la chronique et le critère de participation au dit dialogue qui reste encore flou dans l’esprit. Les consultations se poursuivront jusqu’au 22 janvier.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.