Tchad : Des dissidents de Wakit Tamma reviennent à la charge

Des partis politiques membres de la Coordination des actions citoyennes Wakit Tamma dénoncent les pratiques anti-démocratiques entretenues par le CMT et réaffirment leur appartenance au mouvement citoyen Wakit Tamma. C’est une sortie surprise qu’il organisée à travers une conférence de presse ce 04 juin 2021.

Jour pour jour, il y a de cela 21 jours. Ces partis politiques ont quitté la barque de Wakit Tama pour mener des négociations avec le conseil militaire de transition et afin de « trouver des solutions à la crise que vit le Tchad après la disparition du feu président Idriss Deby Itno », selon eux. Raisons évoquées, les méthodes de revendication adoptées par Wakit Tama composée en majorité des associations de la société civile, ne cadrent pas la vision des partis.

Ce faux départ annoncé en trombe le 17 mai dernier par les responsables de ces partis politiques, tel François Djekombé, du parti Union sacrée pour la République (USPR) et porte-parole de l’Alliance victoire, était qualifié d’un acte de traitrise, car il était intervenu au mauvais moment. Pour preuve, les actions entreprises par Wakit Tamma après la déclaration sont véritablement affaiblies. 21 jours plus tard, les chefs desdits partis ont donné raison à leurs anciens compagnons dans leur déclaration liminaire lu ce 04 juin 2021.

Le CMT n’a pas donné suite favorable au mémorandum à lui adressé et dans lequel figurent plusieurs propositions de sorties de crises ont été faites. Qu’à cela ne tienne leur retour au sein du mouvement citoyen Wakit Tamma est apprécié par bon nombre des partisans de Wakit Tamma même si les arguments avancés pour leur justifier leur absence ne convainquent pas tellement. Il donnera tout de même une bouffée d’oxygène aux entreprises de Wakit Tamma.

Pour certains observateurs, ce repli tactique apparaît comme un échec de rapprochement entre lesdits partis et le gouvernement de transition. D’ailleurs, le décret qui indique la future composition du Conseil national de transition (CNT), organe parlementaire provisoire ne semble pas faire espérer des chefs de partis politiques non représentés à l’ancienne législature qui comptent profiter de la période de transition dans cette institution.

Related articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 58 = 60

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.