Niger : Mohamed Bazoum a tenté sans succès « de s’évader », selon le régime militaire

Le régime militaire issu du coup d’État de juillet au Niger a affirmé jeudi soir que le président déchu, Mohamed Bazoum, avait tenté en vain « de s’évader » en direction du Nigeria. Plusieurs personnes ont été arrêtées et une enquête a été ouverte.

Le président déchu du Niger Mohamed Bazoum, retenu prisonnier depuis le coup d’État fin juillet, a tenté en vain « de s’évader », a affirmé jeudi 19 octobre le régime militaire, précisant que plusieurs personnes avaient été arrêtées.

Jeudi, « autour de 3 h du matin » (2 h GMT), « le président déchu Mohamed Bazoum, accompagné de sa famille, ses deux cuisiniers et deux éléments de sécurité, a tenté de s’évader de son lieu de détention », a déclaré à la télévision nationale le porte-parole du régime, le colonel-major Amadou Abdramane.

Il a précisé que cette tentative avait « échoué » et que « les principaux auteurs et certains de leurs complices » avaient été arrêtés. Une enquête a également été ouverte.

Des « hélicoptères appartenant à une puissance étrangère »

Selon Amadou Abdramane, le plan d’évasion de Mohamed Bazoum visait à d’abord l’emmener « dans une planque en périphérie de Niamey », avant d’emprunter des « hélicoptères appartenant à une puissance étrangère », sans préciser laquelle, en direction du Nigeria.

Dénonçant « l’attitude irresponsable » de Mohamed Bazoum, il n’a pas précisé où se trouvait le président déchu jeudi soir.

Jeudi, les premiers soldats français ayant quitté leurs bases au Niger – une exigence du régime qui entretient des relations exécrables avec Paris – sont arrivés par la route à N’Djamena, capitale du Tchad voisin.

Parti de Niamey, le convoi est sorti du Niger « en sécurité et en coordination avec les forces nigériennes », a indiqué jeudi à l’AFP le colonel Pierre Gaudillière, porte-parole de l’état-major français.

Il est « bien arrivé sans encombre particulière » à N’Djamena après dix jours de trajet. Les rotations aériennes du Tchad vers la France seront organisées « dans les prochains jours », a ajouté le porte-parole.

Chassée du Niger, l’armée française doit évacuer hommes et matériels en majeure partie par voie terrestre vers le Tchad puis probablement le Cameroun, avant leur rapatriement en France. Un parcours de plus de 3 000 kilomètres traversant notamment des zones hostiles où des groupes jihadistes sont actifs par endroits.

L’armée tchadienne a indiqué qu’elle assurerait l’escorte des convois jusqu’à la frontière camerounaise.

N’Djamena abrite le commandement des opérations françaises au Sahel, avec environ un millier de militaires français.

Selon le colonel Gaudillière, la moitié des sites des bases avancées à Ouallam et Ayorou (nord-ouest du Niger), dans la zone dite « des trois frontières » avec le Burkina Faso et le Mali, ont été vidés.

La présence française au Sahel ne cesse de fondre depuis 2020. Des coups d’État successifs au Mali, au Burkina Faso et enfin au Niger ont mis fin à la force antijihadiste Barkhane déployée depuis 2014 au Mali, qui a compté jusqu’à 5 500 militaires déployés dans la zone.

Barkhane a cristallisé le sentiment antifrançais d’une partie des opinions publiques africaines, faisant peser le risque de manifestations le long des convois.

La France soutient depuis le coup d’État du 26 juillet le président déchu Mohamed Bazoum et réclame sa libération comme de nombreux pays et organisations. Mais le régime militaire reste pour l’heure inflexible.

« Pont aérien humanitaire »

Mohamed Bazoum refuse toujours de démissionner et est retenu prisonnier dans sa résidence au sein du palais présidentiel, avec sa femme Haziza et son fils Salem.

Le 18 septembre, il avait saisi la justice ouest-africaine pour demander sa libération et le rétablissement de l’ordre constitutionnel au Niger.

Le pays est par ailleurs frappé par des sanctions économiques internationales depuis le coup d’État et de nombreux États ont suspendu leur aide budgétaire.

Jeudi, l’Union européenne, qui a elle-même suspendu son aide, a annoncé la mise en place d’un « pont aérien humanitaire » transportant « des médicaments essentiels et des fournitures médicales » vers Niamey.

Quatre vols seront affrétés pour acheminer 58 tonnes de « fournitures sanitaires essentielles » en vue de « renforcer la réponse humanitaire » dans ce pays, où « les stocks de produits vitaux s’épuisent rapidement ». Un premier vol est déjà arrivé dans la capitale nigérienne, précise l’UE.

Avec AFP

Related articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

14 + = 23

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.