Mali : La guéguerre russo-française dévoile le colonialisme occidental en Afrique

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a indiqué samedi, en marge de la 76ème assemblée générale des Nations Unies que les autorités maliennes ont contacté des compagnies armées privées russes. Officiellement, la Russie n’a rien à avoir dans cet accord entre une société privée (de droit russe) et un gouvernement légitime. Cet accord a suffi pour ‘’affoler’’ le gouvernement français qui brandit une menace contre le Mali et multiplie une diabolisation contre la Russie ainsi que le groupe Wagner. Les querelles ont atteint une joute verbale qui a fini interroger plus d’un citoyen lamda africain sur les rapports que les Occidentaux de manière générale entretiennent avec les pays africains.

Par Azoudoum Aweina Gédéon

Le chef de la diplomatie malienne est net. Il ne voit aucun problème en cela. Pour le  gouvernement malien, il s’agit de renforcer la lutte contre le terrorisme. Cette position est corroborée par Sergei Lavrov, le ministre des affaires étrangères russes. Mais le courroux de la France est incompréhensible, lorsqu’elle qualifie la présence des paramilitaires russes de « absolument inconciliable » avec celle des troupes françaises. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a vertement réagi, mercredi 15 septembre, à cette possibilité de déploiement des russes.

Ce contrat entre le Mali et ce que la France qualifie d’une milice proche de Vladimir Poutine est désormais chose actée. Ce rapprochement entre la Russie et le Mali n’est pas sans rappeler l’étroite collaboration sécuritaire et économique nouée entre les deux pays du temps de l’URSS. Un sujet cauchemardesque pour Paris qui ravive des tensions historiques. 

La question est au cœur des stratégies de la diplomatie économiques des géants français et russe. Les mots sont aux jeux près : la Russie nie toute implication dans des pourparlers : « Il n’y a aucun représentant des forces armées russes là-bas (…) et aucune négociation officielle n’est en cours », déclarait, le 16 septembre, à la presse, Dmitri Peskov, le porte-parole du président Poutine. Les choses prennent une autre vitesse…

La version scandaleuse de la France

Au lendemain, la France a lancé une offensive diplomatique auprès du pouvoir malien et a quelque peu adoucit sa position. « Notre priorité est de pouvoir poursuivre la lutte contre le terrorisme et nous espérons que les conditions dans lesquelles nous l’avons lancée ne serons pas modifiées à l’avenir », a déclaré la ministre de la Défense, Florence Parly. Le Mali reste imperturbable.

Il existe, en tout cas, une volonté manifeste des Maliens, actuellement brandie par les autorités de transition, de voir le pays rompre avec la France pour embrasser une coopération avec Moscou. Le Premier ministre Choguel Maiga l’avoue avec un euphémisme près. Et aujourd’hui, les exploits des paramilitaires russes en République centrafricaine, qui ont réussi à restaurer l’autorité de l’État, flattent une bonne partie des pays africains, sinon dans l’opinion publique au niveau du grand Sahel.

En rappel, le 23 octobre 2019, plus de quarante chefs d’État africains sont réunis à Sotchi lors du sommet Russie-Afrique. Un événement historique au cours duquel Vladimir Poutine a marqué une volonté définitive sur sa vision de la diplomatie. Aujourd’hui, il compte officialiser le réengagement de la Russie sur le continent africain.

Aujourd’hui, la version de la France qui consiste à dire haut et fort que le Sahel est son territoire, ne peut être tolérée. C’est même un scandale. Et le fait que toute l’Union européenne et les États-unis d’Amérique s’alignent pour menacer la Russie et le Mali doit interroger tout un africain. Cette expression est une endémie d’une pensée colonialiste qui se pérennise avec une sorte de malice et d’hypocrisie. C’est pourquoi, l’expérience russo-centrafricaine doit faire école dans les autres États africains. Peu importe le prix, quoiqu’elle cache aussi l’invisible.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.