Cherté de vie: les ménages ne savent plus à quel saint se vouer

La rédaction de la Télévision Tchad24 a consacré son reportage sur les aliments de première nécessité tels que la viande, le poisson et les légumes.  L’équipe de Tchad 24 a fait un tour dans quelques marchés de la capitale. Reportage Alladoum Désiré.

Du marché de Dembé dans le 7ème arrondissement au marché de Walia Ngosso dans le 9em arrondissement en passant par le marché moderne de poissons à Moursal dans le 6ème arrondissement, c’est le même son de cloche. Les clients se lamentent au sujet de la flambée des prix des denrées alimentaires de première nécessité. Tout est cher, poisson, viande, légumes, rien ne justifie cette surenchère et pourtant tous ces aliments sont des produits locaux. Le panier de la ménagère est léger, la population peine à s’offrir un repas par jour en ce temps de soudure. Malgré ces cris de détresse personne ne pipe mot du côté des autorités. À qui incombe donc la responsabilité ? Quelques commerçants rencontrés se justifient ?

Pour cette cliente rencontrée il est très difficile pour les familles de joindre les deux bouts en ce moment. En attendant que les choses changent sur le marché, les clients rejettent la responsabilité sur les commerçants et les commerçants à leur tour attendent que l’État prenne des actes pour réduire les taxes et autres contraintes administratives. entre temps c’est les paisible citoyens qui payent les prix de cette flambée. Vivement que chaque entité s’assume afin que chaque tchadien parvienne à s’offrir au moins un repas par jour car, sa survie en dépend.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.