Soins de santé  dans les cliniques privées : la facture est salée

Se faire soigner dans une clinique privée au Tchad, est un luxe qui n’est pas à la portée de tout le monde.  Dans la plupart de ces formations sanitaires privées, les coûts des soins de santé astronomiques, par exemple pour la consultation en médecine générale de 15000 à 30 000 francs CFA.

Pour les autres types de prestations. Par exemple, pour les actes de chirurgie et de médecine, la césarienne est fixée à 750 000 Fcfa pour les mutuelles et à 800 000 Fcfa pour les tarifs assurances. En ce qui concerne l’accouchement normal, il est de 300 000 Fcfa pour les mutuelles et de 350 000 pour les assurances, l’accouchement gémellaire revient à 350 000 Fcfa pour les mutuelles et à 400 000Fcfa. De plus, la facture des examens médicaux et le coût des ordonnances constituent une grosse entrave à la prise en charge médicale. Une triste réalité qui touche plus de la moitié des habitants de ce pays, alors que Pour une consultation dans une structure publique, il faudra compter entre 3000 et 6000 FCFA pour accéder aux services médicaux. Enfin, pour se faire examiner par une infirmière ou une sage-femme, le coût est estimé entre 1500 et 2000 FCFA. En effet la facture des soins dont est très salée pour une grande partie des habitants. Nombreux d’entre eux se voient ainsi refuser une consultation parce qu’ils n’ont pas le budget nécessaire. Au-delà du secteur privé, le système sanitaire tchadien est organisé de manière pyramidale. Du moins cher au plus onéreux nous retrouvons : les cases, les postes et les centres de santé, au niveau des districts sanitaires et communautés rurales, puis les centres de santé de niveau 1, les hôpitaux régionaux (niveau 2) et les hôpitaux nationaux (niveau 3).

Des Docteurs délaissent les patients au profit de leurs cliniques.

« J’étais presqu’à terme lorsqu’on m’a interné à l’hôpital Mère et Enfant, et compte tenu de mon état, les médecins m’ont dit qu’on doit procéder à la césarienne. C’est alors qu’un Docteur nous a suggéré de sa faire dans sa clinique, et l’opération coûte 6 00000 milles FCFA, alors qu’à l’hopital, il suffit d’avoir 50.000FCFA » témoigne une dame qui a requis l’anonymat.

Une autre relate sa mésaventure, « On m’a programmé pour l’opération et le monsieur m’a dit qu’il a déjà un autre cas à gérer dans sa clinique donc je dois patienter ». Ces reactions illustrent parfaitement le calvaire de certains citoyens n’ayant pas suffisamment des moyens pour se faire soigner dans les cliniques privées. Pourtant conformément à leur sermon d’Hippocrate, la santé des patients doit être la priorité. Un principe allègrement foulé par certains hommes en blouses.

Dans les faits, les patients ressentent la hausse des tarifs, loin de nous l’idée de jeter de l’opprobre sur ces cliniques privées, qui offrent des soins de qualité à la population, mais il sera préférable de réduire en baisse les tarifs qu’ils soient à la portée de tous les ménages.

L’Etat doit prendre des mesures qui s’imposent

Face au coût élevé de consultation et de soins dans ces formations sanitaires privées, il convient de trouver des solutions durables afin de faire des économies.  Le gouvernement de transition à travers le Ministère de la Santé de Publique, doit réguler ces tarifs et surtout rappeler à l’ordre certains Docteurs qui au lien de travailler normalement dans les structures abandonnent les patients pour la clinique.

Related articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 1 = 1

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.