Le ministre de l’Intérieur du Niger demande le soutien de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour lutter contre les terroristes, suite au putsch qui a eu lieu dans le pays.

Le général Mohamed Boubacar Toumba, qui occupe le poste de ministre d’État ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation depuis le coup d’État du 26 juillet 2023 au Niger, a accordé une interview à RFI dans laquelle il discute des relations entre les autorités au pouvoir à Niamey et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). En marge du Forum Paix et sécurité de Lomé, le représentant de la junte nigérienne affirme être présent pour engager le dialogue.

Le Forum Paix et sécurité de Lomé a conclu ses travaux ce dimanche 22 octobre 2023. Cette rencontre, qui a réuni plus de 300 participants, s’est clôturée par l’adoption de la « Déclaration de Lomé sur les transitions politiques issues des coups d’État sur le continent ».

Il est important de souligner que cette déclaration ne vise pas à approuver les coups d’État, mais plutôt à créer les conditions pour les prévenir et aider les juntes à sortir de l’état d’exception dans lequel elles se trouvent.

Le représentant de la junte du Niger lors de cette rencontre était le ministre d’État ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, le général Mohamed Boubacar Toumba.

Dans une interview avec notre envoyé spécial Serge Daniel, il a commenté les sanctions imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’état des relations entre son pays, où un coup d’État militaire a renversé le président élu Mohamed Bazoum le 26 juillet 2023, et l’organisation sous-régionale.

Le général Mohamed Boubacar Toumba estime que les sanctions sont très sévères. Dès les premières heures, la frontière a été fermée le 27 juillet, empêchant l’arrivée de nombreux frets et entraînant la perte de denrées alimentaires et d’argent pour de nombreux commerçants. Selon lui, la Cédéao a fait un mauvais diagnostic et a pris un mauvais chemin.

Interrogé sur la volonté des autorités nigériennes actuelles de renouer avec la Cédéao, le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation répond qu’ils sont prêts à dialoguer. Il affirme que ce sont eux qui sont en faveur du dialogue, contrairement à la Cédéao qui montre de la force et semble vouloir attaquer le Niger.

Il ajoute que toute intervention militaire de la Cédéao serait risquée pour l’organisation. Au lieu de cela, il souhaite obtenir leur solidarité pour les aider à combattre les terroristes, car il ne faut pas oublier que le Niger est une barrière de sécurité. Il met en garde contre les conséquences de la création de troubles au Niger, qui pourraient permettre aux terroristes de pénétrer les frontières des pays voisins.

Related articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 22 = 30

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.