RDC: la Cour constitutionnelle confirme la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle

La Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo a confirmé lundi 30 octobre la candidature de Moïse Katumbi à l’élection présidentielle prévue en décembre. La candidature de l’opposant avait été contestée par deux requêtes. La première a été jugée irrecevable, tandis que la seconde a été déclarée recevable, mais non fondée. Les contestations portaient principalement sur des allégations de nationalité étrangère prétendument détenue par Moïse Katumbi. Des rumeurs lui prêtaient la nationalité italienne ou encore des origines zambiennes.

La première requête a été déposée par un individu du nom de Tshivuadi Mansanoa, mettant en avant un litige professionnel impliquant le candidat Katumbi. Malgré la fourniture d’une note de plaidoirie par le requérant pour étayer sa demande, la Cour n’a pas consacré beaucoup d’attention à cette affaire et l’a rapidement déclarée irrecevable.

La seconde requête a été présentée par le candidat Noël Tshiani, un homme politique qui avait précédemment proposé une législation visant à restreindre la candidature à la présidence aux seuls candidats nés de deux parents congolais. 

Dans sa requête, Noël Tshiani cherchait à faire rejeter la candidature de Moïse Katumbi en soutenant que, lors de l’obtention de son certificat de nationalité, l’ancien gouverneur détenait une autre nationalité.

La Cour a jugé que la requête était recevable sur la forme, mais non fondée sur le fond. Cette décision a été accueillie avec soulagement par les partisans de l’opposant, car cette question pesait sur lui comme une menace constante depuis plusieurs mois.

Également ce lundi, la requête déposée par Seth Kikuni contre la candidature de Félix Tshisekedi a été déclarée irrecevable. Seth Kikuni avait sollicité la Cour pour disqualifier la candidature du président actuel, invoquant un défaut de qualité. 

Soulagement

Les avocats de Moïse Katumbi ont quitté la salle d’audience sous une pluie de cris de joie, de chants et de danses. Cette réaction enthousiaste est due au fait que la question de la nationalité de Moïse Katumbi ressurgit de manière récurrente à chaque fois qu’il est question de sa candidature à l’élection présidentielle, depuis 2018

Hervé Diakese, porte-parole d’Ensemble pour la République, le parti de l’opposant est soulagé : « C’est l’aboutissement d’un très long chemin de lutte face à l’injustice, face au mensonge, face à la manipulation et face à la désinformation ».

Pour lui, ce dossier est définitivement clôturé : « Aujourd’hui, au plus haut niveau des juridictions congolaises, la question de sa nationalité est close. Tout débat en la matière n’a qu’une seule place et la Cour constitutionnelle a trouvé cette place : dans les poubelles de l’histoire. »

Dans l’entourage de Félix Tshisekedi, on se dit pas du tout surpris. Au contraire, le président est déterminé à affronter Moïse Katumbi de manière équitable et à le vaincre pour mettre un point final à la polémique, a déclaré un proche de Félix Tshisekedi.

RFI

Related articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 3 = 6

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.