Hommages à Abidjan et Paris, 10 ans après l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Mali

Des cérémonies ont été organisées, jeudi, à Abidjan et à Paris, pour commémorer le dixième anniversaire de l’assassinat de la journaliste Ghislaine Dupont et du technicien Claude Verlon, au Mali. Des débats sur la liberté de la presse au Sahel ont été proposés et une bourse en leur honneur a été remise.

Rendre hommage pour défendre la liberté de la presse. Radio France Internationale (RFI) et l’association « Les amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon » ont commémoré, jeudi 2 novembre, à Abidjan et Paris, le dixième anniversaire de l’assassinat dans le nord du Mali de cette journaliste et de ce technicien de RFI.

Ghislaine Dupont, 57 ans, et Claude Verlon, 55 ans, ont été enlevés lors d’un reportage pour RFI puis tués juste après, le 2 novembre 2013 près de Kidal, quelques mois après le début de l’opération française Serval destinée à contrer des jihadistes menaçant de prendre Bamako.

Ce double assassinat a été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), mais la lumière n’a jamais été faite sur les circonstances précises du drame, en raison notamment du secret défense en France et de la dégradation des relations entre Paris et Bamako, où des militaires ont pris le pouvoir en 2020.

Mardi, Marie Dosé, avocate de l’association « Les amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon », a déclaré qu’ils « étaient suivis et surveillés depuis bien plus longtemps que quelques heures avant leur enlèvement ».

« On sait qu’il a existé un réseau beaucoup plus vaste que les quatre commandos et deux commanditaires » initialement identifiés, a-t-elle ajouté.

Une bourse et une association en leur honneur

Ce dixième anniversaire a été commémoré simultanément jeudi soir à Abidjan et Paris, par des débats sur la liberté de la presse au Sahel – région ravagée par la violence jihadiste – et la projection en avant-première d’un documentaire intitulé « Sahel, le désert de l’information ».À Abidjan ont, en outre, été désignés les deux lauréats de la « Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon », créée en 2014 pour « rendre hommage à la passion et l’expertise des deux reporters » et « former de jeunes professionnels de la radio en Afrique« , selon RFI. Dans la catégorie journalistes, il s’agit de Joseph Kahongo de République démocratique du Congo (RDC), âgé de 27 ans, et dans la catégorie techniciens, de Ange Joël Agbla, 23 ans, du Bénin.

Évoquant la situation de la presse dans son pays où le métier de journaliste peut s’avérer dangereux, Joseph Kahongo a dit qu’être lauréat était « la preuve que le flambeau peut être passé », ce qui « rallume l’espoir ».

Sélectionnés parmi dix journalistes et dix techniciens radio d’Afrique francophone ayant reçu une formation de deux semaines à Abidjan, les deux lauréats bénéficieront d’un stage d’un mois au siège de la radio en banlieue parisienne.

Abidjan les 18 lauréats des bourses précédentes. Ils y ont créé le « Réseau Dupont-Verlon pour le journalisme d’investigation » destiné à promouvoir « le respect de la liberté d’expression, du droit à l’information, de la liberté de la presse », ainsi que « la sécurité des journalistes ». Dans un message aux lauréats, la mère de Ghislaine Dupont, Marie-Solange Poinsot, très émue, a dit qu’elle acceptait d’être « la marraine » de cette nouvelle association.

La semaine dernière, RFI a commémoré l’assassinat, le 21 octobre 2003, d’un autre de ses reporters, Jean Hélène, abattu par un policier alors qu’il attendait, à proximité du siège de la police à Abidjan, la libération d’opposants au régime du président ivoirien d’alors, Laurent Gbagbo. Son frère, Thierry Baldensperger, a assisté à Abidjan à la commémoration des dix ans de la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.

Avec AFP

Related articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

1 + 4 =

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.