Tchad : l’Union africaine va-t-elle suspendre le pays ?

L’Union africaine se réunit ce lundi 10 mai, sur la question d’éventuelles sanctions contre le régime tchadien de transition. Cette rencontre intervient au lendemain d’une manifestation à nouveau réprimée des opposants du Conseil militaire de transition, une manifestation autorisée sous quelques conditions et polémiquées par les organisateurs.

C’est une entrevue décisive sur le Tchad au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba. Elle fait suite à la mission d’une semaine à N’Djaména entre les différents protagonistes (opposés) après le décès du président de la République, feu Idriss Deby Itno et la mise en place d’un conseil militaire de transition. Le Conseil paix et sécurité qui n’était pas parvenu à s’accorder sur une ligne de conduite (sanctions ou pas) fin avril, doit se plancher ce lundi sur le rapport de mission, mission qu’il avait envoyée dans ce pays en vue de recueillir les éléments qui devaient le guider dans ce choix. La réunion qui se tient en visio-conférence.

Après une dizaine de jours au Tchad, la Mission de l’Union africaine a déjà déposé son rapport sur le bureau du Conseil paix et sécurité qui l’a mandaté. Le rapport préconiserait que l’UA déroge exceptionnellement à ses principes afin d’accompagner transition au Tchad. Le motif serait qu’il faille prendre en compte le fait que le Tchad est à la fois un maillon cardinal contre le terrorisme en Afrique, en même temps qu’il est fragile, selon plusieurs dirigeants dont le Président français.

Le rapport poserait également des conditions au Conseil militaire de transition. Il s’agirait surtout d’un respect strict d’une transition de 18 mois maximum, de l’organisation d’un dialogue nationale inclusif qui aboutirait sur un partage du pouvoir entre militaires et civils, comme cela s’est fait déjà fait dans plusieurs pays. Un point de tous les enjeux.

A preuve, l’envoi de la délégation du Conseil paix et sécurité de l’Union africaine à N’Djaména fin fait suite à des positions non consensuelles de cette institution. Les pays d’Afrique australe sont radicalement opposés à ce qu’il y ait une « exception » de grâce pour le Tchad. Ils continuent de militer pour une suspension du Tchad de l’Union africaine en raison de la prise de pouvoir par ce qu’ils qualifient de « coup d’État militaire ».

Il donc probable que l’Union africaine se fissure sur le cas Tchad. En tout cas, rien n’est moins sûr.

Affaire à suivre !

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.