Tchad : Le pourquoi de la réticence des Tchadiens à se faire vacciner contre Covid-19

Le Tchad a lancé sa campagne de vaccination contre la covid19 le 4 juin dernier. Plus de 40 jours après, cette campagne n’attire pas du tout sinon très peu des tchadiens. Au contraire, la méfiance de la population vis-à-vis de ces vaccins se développe. La méthode adoptée par le gouvernement pour communiquer autour de cette campagne vaccinale reste également une préoccupation.

Si la découverte du vaccin contre la covid19 a suscité en son temps l’espoir du monde entier qui regardait, impuissant, sa population périr, dès son homologation par l’OMS, plusieurs pays ont lancé des campagnes de sensibilisation en amont de la vaccination. Le Tchad n’est pas resté en marge des pays désirant acquérir ce vaccin. En mai 2021, il réceptionne 100 620 doses du vaccin doses du vaccin Pfizer parallèlement aux 200.000 doses d’Astrazeneca, un don de la Chine.

Cette initiative est à saluer car l’Etat joue là son rôle régalien, celui de protéger ses citoyens. Mais, des interrogations persistent tant la communication autour de cette vaccination est mitigée.

Les messages de sensibilisation sont très peu ou presque inexistants. Les grandes artères sont vides de panneaux vantant les bienfaits de la vaccination. A la place on y voit des messages de propagande politiques datant de la dernière période électorale.

Les campagnes de proximité sont inexistantes. Mais qui des citoyens aimerait marcher vers l’incertitude ? Quel patient n’aimerait pas que le soignant lui explique le procédé du soin qu’il prendrait ? Or, les leaders d’opinions, les chefs religieux et les chefs de famille auraient joué un rôle dans ce sens s’ils venaient à être associés à la sensibilisation. Ce qui n’est pas malheureusement le cas ici au Tchad. Le ministère de la santé et de la solidarité a opté pour d’autres méthodes peu efficace.

Les tchadiens développe de plus en plus un esprit critique et n’acceptent plus rien naïvement. Le manque de communication autour de ce vaccin ne fait qu’augmenter le scepticisme de la population par rapport à ce dernier, à un moment où sous d’autres cieux, des personnes même déjà vaccinées ne sont pas à l’abri des contaminations. Le doute va bon train avec la diversification de théories sur l’immunité collective, rationnellement peu convaincantes.

Conséquence : peu des gens ont le plaisir d’aller prendre du vaccin. Pour la plupart des cas, ce sont des personnes astreintes par le besoin de voyager ou travaillant dans des institutions qui en font obligation, qui se font plus vacciner, beaucoup plus, pour le besoin de la cause.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.