Tchad : La représentation sociale des Auberges

Le développement rapide des auberges dans la ville N’Djamena est mal perçu par certains nombres des N’Djamenois qui sont perplexes et n’arrivent pas à faire la différence entre une auberge et un lieu de vagabondage sexuel.  

Il est 16h, nous somme devant l’auberge « venez voir » au quartier Atrone dans le 7ème arrondissement de la ville de N’Djamena. On voit Des clients arrivent au bord des motos taxi ou encore des motos personnelles, la majorité en habit de dissimilation pour ne pas se faire remarquer. Les uns arrivent en couple et d’autre viennent séparément et direction principale est la réception pour payer le reçu de la chambre qui varie entre 2000f et 5000f selon le temps voulu et à la bourse de tous.

Même si le développement de ces structures d’accueil ne constitue pas un problème, les gens qui fréquentent ces lieux et les usagers, donnent une mauvaise connotation. Véritables centres d’accueil, les auberges prennent de nos jours d’autres attributs.

« Une auberge est un lieu d’hébergement des étrangers n’ayant pas de résidence sur un lieu », explique Djekoula Guy. Il poursuit que, beaucoup utilise ce lieu pour des rencontres sexuels, « c’est aussi un lieu de passe-temps pour d’autres. Cependant, beaucoup ne vienne que pour des rencontres sexuels ».  

Par ailleurs, Madjinodji Eluard estime que les auberges ne sont pas destinées ni pour les chrétiens, ni pour les musulmans mais pour toutes catégorie de personnes ayant besoin d’un hébergement simple et moins couteux, « une auberge c’est un coin d’accueil, considéré pas comme très factieux avec un nombre de chambre assez limité et aussi limité en confort parce que dans la grande majorité on n’y trouve de lit et une table. Aussi, C’est un camp de passage où même un pasteur ou un imam peut venir là pour passer ces séjours ».

La confusion totale

 La plupart des détenteurs des auberges et les gérants confondent cescentres d’accueil auxlieux de vagabondage sexuels. « Nous avons des photos des filles, où nous proposons aux clients qui se présentent à seul. S’il est d’accord on appelle la fille et à la fin la fille paye une commission », relate Samuel un gérant d’une auberge.          

         Les conditions d’hygiène dans les auberges 

 La qualité des auberges de N’Djamena laisse à désirer. De fois ce sont des maisons de fortune, déjà habitées, qui sont transformées en une auberge, avec des lits en état de dégradation avancé, des draps malpropres et des matelas usés. Un seul drap peut servir à plusieurs visiteurs. « Les détenteurs de ces auberges ne pensent pas à la qualité du service, mais ce qui importe pour eux c’est l’argent. Ils ne se soucient pas de la santé de leurs concitoyens ou des clients », déplore un jeune.

Une auberge n’est pas un lieu de rencontres sexuelles comme beaucoup le pense, mais une auberge est un établissement d’escale, qui propose aux voyageurs et aux touristes un logement temporaire.   

Mbairakoula Mbainadjiel Maxime

Related articles

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 13 = 19

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.