SENEGAL/Médias : Huit pays formés sur la sécurité et l’égalité des femmes journalistes

L’Union Norvégienne des Journalistes (NJ) et la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) forment du 29 novembre au 04 décembre 2021 à Dakar, les femmes journalistes de l’Afrique de l’ouest et Centrale sur la sécurité et l’égalité des femmes journalistes. Reportage

Lutter contre les violences sexistes sur le lieu de travail et surtout parvenir à obtenir une représentation équitable des genres dans les médias. Ce sont principalement là les objectifs recherchés à travers cet atelier qui, selon les organisateurs, s’inscrit dans la droite ligne de leurs priorités. Et pour sûr, le harcèlement (moral ou sexuel) et la discrimination, y compris les facteurs politiques, juridiques, culturels, raciaux et sociaux auxquels sont confrontées les femmes journalistes au sien de la profession et de leurs communautés interpellent plus d’un.

Il ressort, en effet, des interventions des   formatrices (première journée) que les femmes journalistes à travers le monde, exercent le journalisme dans des conditions de plus en plus précaires, en particulier celles contraintes de travailler sans accès à la protection sociale, aux pensions, aux congés payés et à d’autres avantages sociaux dus à l’exercice de leur métier.

« L’écart salarial entre hommes et femmes, qui est une réalité dans le continent, affecte non seulement les femmes tout au long de leur vie professionnelle, mais également lorsqu’elles sont à la retraite », a déploré la formatrice norvégienne Pr de journalisme Kristine Orgeret.

Au deuxième jour de ces assises, les modules (thèmes) abordés, ont été en grande partie consacrés à la pratique. En effet, il s’agit de la formation des formatrices. C’est pourquoi les participantes sont outillées en techniques de planification et de structure d’une session de formation, techniques d’apprentissage actif et préparation d’une présentation. Chaque module est accompagné des exercices pratiques.

Prennent part à cette formation, 16 journalistes venant des 08 différents pays (Congo Brazzaville et Kinshasa, de la Guinée Conakry, du Cap-Vert, du Burundi, du Rwanda, du Cameroun et du Tchad).

De retour dans leurs pays respectifs, les nouvelles formatrices doivent à un leur tour organiser leurs premiers ateliers de deux jours pour leurs collègues dans leur pays d’origine, en coopération avec leurs syndicats et associations nationaux. Le Tchad est représenté par deux journalistes désormais formatrices, dont Achta Ramadane, Rédactrice en Chef adjointe de Tchad24 TV, sous la bannière de l’Union des Journalistes du Tchad (UJT).

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.