Nigéria: attaque contre un site minier au centre du pays, 4 employés chinois enlevés.

Des gangs criminels lourdement armés ont attaqué un site minier ce 30 juin enlevant des ressortissants étrangers, notamment les chinois. Le modus operandi reste le même. L’enlèvement des étrangers constitue le moyen le plus sûr pour ces bandes criminels de se faire de l’argent après paiement de rançon.

Des gangs criminels lourdement armés, appelés localement «bandits», mènent des raids contre des villages du nord-ouest et du centre du Nigeria pour kidnapper ou tuer des habitants depuis des années, mais leurs attaques ont récemment pris de l’ampleur. Ces «bandits» ciblent également les projets d’infrastructure et les sites miniers, enlevant notamment des travailleurs étrangers pour obtenir des rançons. Des dizaines d’employés chinois ont ainsi été pris pour cible ces dernières années. Ils sont le plus souvent libérés après le paiement d’une rançon.

Mercredi après-midi, ces hommes armés ont attaqué une mine située dans le village d’Ajata Aboki, dans la zone de Shiroro, dans l’est de l’État du Niger, a déclaré le responsable régional de la sécurité, Emmanuel Umar. «Des personnes employées sur ce site minier dont quatre ressortissants chinois, ont été enlevées», a-t-il ajouté, précisant que leur nombre exact restait à déterminer. Des agents de sécurité ont affronté les assaillants, faisant des morts des deux côtés, mais leur nombre exact reste également à déterminer, ont ajouté les autorités. Elles ne précisent pas la matière première extraite dans cette mine, ni le nom de l’entreprise en charge de son exploitation.

Un climat de violence quasi-généralisée règne dans le nord du pays le plus peuplé d’Afrique, en proie à des bandes criminelles à l’ouest, et djihadistes à l’est, qui multiplient attaques et enlèvements, à moins d’un an de l’élection présidentielle. Le président Muhammadu Buhari termine son deuxième mandat en février 2023, critiqué de tout part pour son incapacité à endiguer l’insécurité. Ces dernières années, les violences perpétrées par les «bandits» sont en hausse: ces gangs criminels ont tué plus 2600 civils en 2021, soit une augmentation de plus de 250% par rapport à 2020, selon des chiffres de l’ONG Acled. Les «bandits» sont motivés par l’argent et non par une idéologie, et relâchent souvent leurs otages après le paiement d’une rançon. Mais des analystes s’inquiètent d’éventuels rapprochements avec les groupes djihadistes du nord-est.

Source AFP/Figaro

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.