Validation politique d’un plan d’action du gouvernement tchadien

La Banque Mondiale vient en appui au Tchad dans le cadre de la lutte contres les facteurs et impacts des conflits à travers le mécanisme de l’allocation pour la prévention et la résilience. Le Premier Ministre de transition a présidé la cérémonie de la validation politique du plan du gouvernement Tchadien ce 29 septembre à l’hôtel Radisson Blu. Cet outil permettra au gouvernement d’œuvrer efficacement dans la prévention des conflits DJIMTONE NDOLENGAR

La validation politique de ce plan d’action à l’éligibilité du Tchad à l’allocation pour la prévention et la résilience, est le résultat d’une volonté manifeste du gouvernement d’œuvrer pour la paix et la stabilité sociopolitique au pays de Toumai. Ce plan d’action comprend 5 objectifs globaux repartis en 17 points. Il s’agit entre autres de la promotion et le renforcement des actions de réconciliation nationale ; l’amélioration du cadre sécuritaire, de gestion de la paix et de la gouvernance ; l’augmentation de l’accès aux services sociaux de base à travers la redynamisation des stratégies de développement local notamment en milieu rural avec priorité aux zones frontalières; la prévention et la gestion des conflits liés à l’accès et à la gouvernance des ressources naturelles ; l’accessibilité et la fonctionnalité du système judiciaire à tous les citoyens.

Pour  la représentante de la banque mondiale Rebecca Lacroix, cette aide entre dans le cadre du dialogue entre le gouvernement et la banque mondiale au cours duquel des stratégies ont élaborés par les autorités tchadiennes. Elle est d’une valeur 96 millions de dollars et octroyés en fonction des critères notamment l’engagement du gouvernement sur le plan politique, sécuritaire et le développement. Elle vient soutenir les efforts du gouvernement tchadien certes, mais, elle l’incite plutôt à être proactif dans la prise des mesures contre les violences de tout genre. Le premier ministre de transition salue la démarche de la banque mondiale et se dit persuader l’enveloppe permettra de renforcer véritablement les actions essentielles aux situations de fragilité que connait le pays. « Cette allocation est destinée à accroître l’appui aux pays où il existe un risque d’escalade dans la fragilité ou vers un conflit de plus grande intensité, ou encore vers des cas de violence. C’est notamment le cas du Tchad confronté à de défis divers et multidimensionnels. Il s’agit d’un critère essentiel qui accorde à notre pays, l’éligibilité à ce guichet de financement, afin d’atteindre une croissance forte et inclusive. L’aboutissement de ce processus permettra au Tchad de renforcer la majoration de manière substantielle de son allocation initiale au Guichet-19 à hauteur de 75% » ajoute-t-il. Il faut noter que cette aide vient à point nommé vu le contexte dans lequel le gouvernement tchadien fait face la résurgence des conflits intercommunautaires dans les différentes Provinces du pays, notamment celle du Ouaddai. C’est à juste titre que le Premier Ministre salue l’attention particulière de la Banque Mondiale vis-à-vis du Tchad « le Gouvernement de la République du Tchad marque son adhésion à cette nouvelle stratégie de la Banque mondiale qui indexe la fragilité, les conflits et la violence, afin d’aider les pays à lutter contre les facteurs et les impacts de ces situations. Il s’agit pour nous qui sommes concernés, de renforcer la résilience, en particulier celle de nos populations les plus vulnérables, étant donné que nous avons la certitude qu’il est impossible de réaliser les objectifs de développement durable, si nous ne pouvons relever ces défis auxquels sont confrontés nos pays fragiles et touchés par des conflits »

La représentante de la Banque Mondiale indique qu’il ne s’agit pas en réalité de financer directement les actions du gouvernement, mais cette aide sera versée en fonction de la réalisation des actions et ce, suivant les critères établis dans les stratégies définies par le plan d’action du gouvernement. Elle (l’aide) est échelonnée sur trois ans à compter de l’année civile. Un mécanisme de suivi est mis sur pied par la Banque Mondiale pour évaluer le progrès du gouvernement tchadien chaque 30 juin de l’année suivant le calendrier.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.