Tchad: La laïcité en jeu

« Je suis arabophone, francophone » . Cette idée hante tous les Tchadiens au point que ces frères de même sang se lancent quotidienne ce propos.  

@ Tchad24

La méconnaissance de l’une de ces deux langues  pose le problème de communication et compromet la nationalité tchadienne. On traite celui qui ignore le français ou l’arabe d’étranger. Parfois   cet échange se dégénère en un conflit.  Les Tchadiens se nourrissent sans vergogne  d’une  haine qui laisse entrevoir un dualisme religieux. Ceux qui s’expriment en arabe affiche un mépris à l’égard de ceux qui parlent français et vice versa.

L’unicité des différentes composantes sociales du Tchad est ainsi mise en cause.  L’usage à la fois du français et l’arabe ne rend pas la tâche facile aux agents et aux demandeurs dans les services administratifs.   La disproportion de l’enseignement et le refus d’apprendre ces deux langues  favorisent cette antipathie sociale.  

NKP.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.