Reprise du transport Inter-urbain en pleine crise sanitaire de la covid-19

La reprise exceptionnelle de quatre jours des transports interurbains annoncée par les autorités pour faciliter le déplacement des élèves, étudiants et des enseignants d’une localité à une autre peine à être effective.Motif : les transporteurs trouvent ce délai court et moins rentable.
Le désarroi se lit sur le visage des voyageurs quittant N’Djaména vers l’intérieur du pays ce dimanche. Le rendez-vous tant attendu n’aura pas lieu. Les agences de voyage refusent de mettre leur bus en circulation. Les patrons de transport jugent le délai exceptionnel du 21 au 25 juin moins rentable et cela risque de s’ajouter à des pertes financières déjà subies durant ces mois d’arrêt. Ils « exigent » une ouverture plus large.
Tous les passagers ayant planifié se heurtent à un refus catégorique des transporteurs. Le refus des agences d’ouvrir leurs portes, aux passagers offre une opportunité à des transports de fortune. Des véhicules tout terrain pick-up s’installent devant des gares proposent leurs services à des prix dépassant le triple de ce que payaient avant les passagers. N’Djaména-Moundou, dont le frais de transport valait 10 000 Fcfa, aujourd’hui c’est à 25 000. Au-delà de Moundou, pour chaque localité, le passager ajoute impérativement 10 000 Fcfa de plus. Il en est de même pour les grandes villes du nord et de l’est. Pour aller à Abéché, il faut débourser entre 30 000 et 50 000 Fcfa avec les véhicules pick-up tout terrain.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.