Burkina Faso : Environ 10 000 déplacés internes suite à un assaut des terroristes

Un nouveau drame, de trop, au Burkina Faso. Au moins trois civils ont été massacrés dans le village de Tin-Akoff. L’attaque survenue dans la nuit du samedi à dimanche. Deux personnes restent toujours portées disparues ce dimanche après le passage de ces hommes armés. Dans la foulée, pplusieurs concessions ont été incendiées. Par ailleurs, trois soldats ont été blessés lorsque leur véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé sur l’axe Seba-Mansila.

A l’origine de ce massacre, des hommes armés, ont pris de violence certains quartiers de la ville de Tin-Akoff dans la nuit du samedi à dimanche. Ils sont des centaines, selon des sources locales. Bilan, au moins trois hommes ont été assassinés. Des habitations ont été incendiées et du bétail emporté, selon plusieurs témoins joints sur place par l’AFP.

Sur leur passage en quittant le village, les assaillants auraient donné un ultimatum aux populations. « Les terroristes ont promis de lancer une attaque sur le village si toutefois ils revenaient trouver un habitant sur place », selon une source sécuritaire rapportée par RFI. Un ultimatum qui laisse dans la panique permanente les habitants de cette localité.

Les populations en détresse, celles des quartiers visés par l’attaque ont, dès lors, commencé à fuir. Ils trouvent refuge vers le détachement militaire de la localité pour se protéger, expliquent aux médias locaux des sources sécuritaires se trouvant dans ce camp militaire. Les habitants des localités voisines, confient aussi avoir enregistré des arrivées de population venant de Tin-Akoff.

Une autre attaque a visé un convoi de vivre destinés aux personnes déplacées internes d’une localité du nom Mansila, toujours dans la région du Sahel. L’un des véhicules du convoi a sauté sur un engin explosif improvisé. L’on a enregistré trois soldats blessés. Les forces de défense sécurisaient le convoi de vivres. Les blessés sont admis dans la capitale pour la prise en charge médicale.

Dans cette situation confuse, le village Mansila abrite environ 10 000 déplacés internes. Une situation qui est déjà source de famine dans les rangs des localités visées et celles qui accueillent les fuyards. Ces attaques se sont multipliées dans la semaine, au Burkina comme au Mali.

Related articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share article

spot_img

Latest articles

Newsletter

Subscribe to stay updated.